Page d'accueil


La page des willm's 

Tuto_Gimp

(pour Gimp 2.6 et 2.8)

Mis à jour le 06/09/2014



Télécharger Gimp version windows. Ce premier lien est pour une installation classique :
http://www.01net.com/telecharger/windows/Multimedia/creation_graphique/fiches/5245.html


Utiliser Gimp sur n'importe quel ordinateur Windows sans avoir besoin d'installer le logiciel :

Extraire (décompresser) le fichier et le copier sur une clé USB ou sur un disque externe (pour une utilisation depuis un système Windows) :

http://framakey.org/Portables/GIMPPortable?from=Portables.PortableGIMP


En vidéo sur Youtube :

Tuto_Gimp montage

ou la vidéo intégrale en qualité légèrement supérieure : ici

et

Tuto_Gimp retouche photos

J'ai commis deux ou trois lapsus comme par exemple "Maj+E" au lieu de "Ctrl+E" pour "Exporter", ou "clic du milieu" à la place du "clic gauche" pour valider le recadrage.

Néanmoins, j'espère que ce tutoriel pourra aider plus d'une personne qui se lance dans ce travail parfois délicat, mais souvent d'utilité familiale :o)

(téléchargez et utilisez VLC pour regarder ces vidéo)

Index des différentes rubriques :

Afficher / cacher les outils et calques (faire apparaître ou dispraître)
Ajouter une image
Annuler et Refaire - (Ctrl + Z ou Y)
Cacher / afficher les outils et calques (faire apparaître ou dispraître)
Calques (agrandir)
Calque (dépasse du canevas)
Calques (explications)
Calques (masques)

Calques (ordre des)
Calques (redimensionner)
Calques (renommer)

Calques (texte)

Calques (transparence)

Calques (voir un seul)

Canevas (ajuster le canevas aux calques)
Cloner (tampon) – (C)
Cloner (d'un calque à l'autre)

Couleurs (nuances)
Couleurs (prélever) – (O)
Couleurs (préparation)
Couleurs (remplissage au bidon) – (Maj + B)
Couleurs (remplissage d'un dégradé)
Couleurs (remplissage sélectif)
Découpage automatique
Déplacement (se déplacer dans l'image agrandie)
Déplacer (texte, sélection, calque...) - (M)
Déplacer (plusieurs calques simultanément)

Effacer le contenu d'une sélection – (Suppr)
Enregistrer une image

Etirer ou rétrécir à vue un calque ou une séléction ou un chemin (Maj + T)
Fenêtres (bataille des)
Importer une sélection (image) – (Ctrl+C et V)
Insérer une image

Masquage rapide (détourage)
Masque de calque (d'après une sélection)

Masque de calque (dessiner de la transparence)

Molette de la souris (pour modifier la taille des brosse)
Naviguer (se déplacer dans l'image agrandie) 
Options des outils (enregistrer les réglages personnalisé)
Outils et calques (afficher / cacher)
Ouvrir une nouvelle image
Raccourcis clavier (créer)
Raccourcis clavier "dynamiques"
Raccourcis clavier d'origine
Recadrer (découper) - (Maj + C)
Réduire / agrandir la taille d'un calque
Réduire la taille d'une image
Rotation (pivoter)
Saturation des couleurs
Sélection (aucune) - (Ctrl + Maj + A)

Sélection (par couleur) – (Maj + O)
Sélection à main levée ("lasso") - (F)
Sélection ("magique") - (U)
Sélection (effacer ou supprimer son contenu)
Taille d'un calque
Texte (incorporer) – (T)
Transparence (canal alpha)
Yeux rouges (correction)



Infos utiles

Pour la correction des niveaux et des couleurs, il y a ce tuto, sur http://www.youtube.com/watch?v=1gPvRqBfUmY


Les différents modes de fusion sont bien représentés sur ce site (attendre les images) :
http://boite-a-pixels.2037.org/s-gimp-calques-et-modes-de-fusion-m6720269.html

Les masques de calques sont indispensables quand on veut faire du montage non destructif !
Des explications claires sur cette vidéo

"Smart remove selection" qui fait partie de Resynthesizerun, est un outil très pratique et puissant pour supprimer des éléments indésirables d'une image :  http://www.logarithmic.net/pfh/resynthesizer
Sélectionner le ou les éléments indésirables > Filtres > Améliorations > smart remove selection. C'est un outil pour les fainéants pressés, mais c'est un outil génial :o)


Dans la série des filtres quasi incontournables :

- gimp-plugin-registry

Un ensemble de greffons présentés (en anglais) sur http://registry.gimp.org/

On y trouve notamment focus-blur pour rendre floues certaines parties d'une image ; quand on veut imiter une mise au point sélective par exemple. C'est une "mine de plugins" !

Installation :

- sous Linux installer tout simplement gimp-plugin-registry à l'aide de votre gestionnaire de logiciels habituel

- sous windows il faut actuellement installer ces plugins un à un, en général en les copiant dans le répertoire prévu (principe décrit ci-dessous).

- DivideScannedImages.scm qui va de paire avec deskew (architecture 64 bit uniquement je crois)
Scanner plusieurs photos à la fois, puis les séparer et les redresser en un clic !

Sous linux (x-buntu), récupérer les deux fichiers à partir de cette page
Ensuite, vérifier si ces fichiers sont exécutables. Par exemple sous Ubuntu > clic droit sur chacun de ces fichiers > Propriétés > Permissions > cocher "Autoriser l’exécution du fichier comme un programme"

Sous linux, j'ai copié deskew dans /home/utilisateur/.gimp-2.6/plug-ins et
DivideScannedImages.scm dans /home/utilisateur/.gimp-2.6/scripts

Pour l'instant sous windows, aller sur http://registry.gimp.org/node/22177 et télécharger http://registry.gimp.org/files/deskew.zip ; ensuite, on devrait trouver deskew sur cette page http://www.cubewano.org/gimp-deskew-plugin/


Comme pour linux, pour savoir où placer ces fichiers, il faut lancer Gimp et aller voir dans Édition > Préférences > Dossiers > Greffons (plug-ins) ou Scripts ( là, se mettent les fichiers *.scm)

Coller les fichiers de script ou de plug-in au bon endroit
Relancer gimp pour scanner (Fichier > Créer > ...) ou ouvrir les
planches png ou tiff déjà scannées > Filtres > Divide Scanned Images

- GREYCstoration maintenant intégré à G’MIC
http://www.framasoft.net/article4597.html
http://cimg.sourceforge.net/greycstoration/demonstration.shtml
http://sourceforge.net/projects/gmic/files

Une série d'exercices pratiques pour débuter avec Gimp :

Exercices de retouche photo
Exercices de clonages et de montages
Exercices de montages avec masques de calques

Exercice de montage 1 (chats relax)
Exercice de montage 2 (bonhomme de neige)
Exercice de montage 3 (poisson et chat)





Prise en main de Gimp :


Après avoir regardé cette vidéo, lire au moins les premiers paragraphes jusqu'à " Sauvegarder le résultat de notre travail "avant de se lancer.

Hello Philippe (c'est lui qui a "déclenché" le tuto_gimp),
Voici une petite initiation à Gimp que je t'envoie pour deux raisons :

    - Pour t'encourager à l'essayer avec un minimum de connaissances afin d'éviter le découragement. Ce serait trop bête de passer à côté d'un tel outil !

    - Pour m'aider également à mémoriser des trucs que j'ai tendance à oublier...




A chaque fois qu'on l'utilise, il faudra se forcer à lire les conseils du jour du Gimp (Aide > Conseil du jour). Le jour où on les connaît par coeur, on pourra cocher la case "Ne plus afficher" ;o)

L'aide de GIMP (presser F1) est très détaillée et bien faite, ce tutoriel ne prétend pas la remplacer !








Ce qui décourage au début (et après aussi, si l'on n'a pas pris la peine de lire le manuel ;o), c'est la "bataille des fenêtres" :



Donc, quand on ouvre Gimp, on a trois fenêtres :

1) Boîte à outils (avec les options propres à chaque outil).

2) Calques Canaux, Chemins, Annuler... et différents onglets en bas (Brosses, Motifs, Dégradés).

3) Editeur d'image Gimp (l'image à traiter).


Depuis la version 2.8 on a (enfin !) la possibilté d'avoir Gimp en mode "mono-fenêtre".

    - Aller dans le menu "Fenêtres" et cocher "Mode fenêtre unique". C'est tout :o)


Quand on utilise Gimp depuis KDE (sous kubuntu par exemple), les fenêtres "Outils" et "Calques" disparaissent quand on clique dans l'image ; il faut donc presser Tab pour les voir à nouveau.

Pour éviter ce désagrément, aller dans Edition > Préférences > Gestion des fenêtres et régler les deux paramètres suivants :

Préconisations pour la boîte à outils = "Garder au-dessus"

Préconisations pour les autres groupes de fenêtres = "Garder au-dessus"   



Afficher / cacher les outils et calques (quasi indispensable) :

Il suffit de presser Tab (à gauche du A) pour faire disparaître / apparaître les outils et les calques ; on peut alors travailler sur une image en plein écran comme des pros !

Si rien ne se passe en pressant Tab, c'est qu'il faut d'abord activer la fenêtre de l'image :
    - sous Gnome, placer le pointeur de la souris dans l'image
    - sous les autres systèmes, clic sur le bandeau supérieur de l'image ou clic du milieu dans l'image (clic du milieu = presser la molette de la souris, c'est aussi un bouton)

Attention, pour quitter Gimp 2.6, ne pas fermer la fenêtre "Calques,Canaux,Chemins" !

Si par malheur tu fermes la fenêtre "Calques, Canaux etc..." , il faudra passer par Fenêtres > Fenêtres ancrables récemment fermées > Calques, Canaux, Chemins

Ça, c'est pas évident pour les nouveaux venus. :o(

Mais il est également possible de restaurer les fenêtres à leur état initial :

    - Aller dans Fichier > Préférences > Gestion des fenêtres

    - Cliquer sur le bandeau "Restaurer les positions enregistrées aux valeurs par défaut"

    - Redémarrer Gimp

Si l'on désire remettre d'un seul coup Gimp à son état initial, il suffit de fermer Gimp et de supprimer le fichier de configuration de l'utilisateur :

Sous Linux, le fichier caché s'appelle .gimp-2.8 (selon la version utilisée) et il se trouve dans /home/dupont/  (on peut éventuellement renommer l'ancien en .gimp-2.8_old).

Sous Windows XP, ce fichier se trouve dans C:\Documents and settings\dupont\.gimp-2.6

Au prochain démarrage, on aura un Gimp tout neuf !

Tout ceci est un peu technique, mais pourrait bien nous dépanner ;o)


Sauvegarder le résultat de notre travail (Fichier > Enregistrer sous > indiquer un nom sans accents suivi d'un .jpg ou .xcf ou .png)

Notre gestionnaire de fichiers doit afficher les extensions des fichiers !
Sous Windows, on ne les voit pas par défaut (comment apprendre l'informatique ainsi ?)
Pour voir les vignettes sous windows xp, cliquer sur l´icône
Affichage puis sélectionner Miniatures
Pour les extensions des fichiers, voir ici


Gimp propose une grande variété de formats ; nous en retiendrons trois :

     .jpg ou .jpeg est un format avec forte compression et perte de qualité. A chaque fois que vous modifiez une image et que vous l'enregistrez au format jpg, vous détériorez la qualité.

Une fois l'image ouverte dans Gimp, on peut l'enregistrer (Ctrl+S) en.jpg autant de fois que l'on désire ; la compression définitive (avec perte de qualité) se fera lorsque vous quittez (fermez) cette image.

Le format .jpg ou .jpeg est très utilisé pour la publication web et l'envoi d'images par e-mail. Ce format convient bien pour des collections d'images destinées à être visionnées et que l'on ne retouchera plus. Le taux de compression jpg par défaut est 85, mais on peut parfois descendre à 30 si l'on doit fortement réduire le "poids" en Ko ou Mo des images (la qualité d'image en souffrira).

Si l'on décide de modifier une image .jpg, on en fera d'abord une copie (Ctrl+C puis Ctrl+V ou menu prévu). C'est cette copie que l'on ouvrira avec Gimp.
Personnellement, je renomme les copies en y ajoutant _a ou _b etc... (exemple la copie de fleur.jpg se nommera fleur_a.jpg)


    .xcf est le format natif de Gimp. L'image conserve toutes ses qualités, les calques et les textes.

Si l'on pense devoir modifier ultérieurement l'image ou le montage, il faut impérativement l'enregistrer en .xcf
Ce format ne convient pas pour visionner les images sur l'ordinateur, ni pour l'envoi par e-mail.

    .png est un format de compression moyenne sans perte de qualité et qui conserve la transparence (canal alpha).
Ce format convient pour des images de grande qualité et également pour visionner les images. Les images .png sont souvent trop "lourdes" pour l'envoi par e-mail.

Depuis Gimp 2.8, le raccourci clavier Ctrl+S enregistre les images au format xcf uniquement !
(Ceci pour éviter d'écraser les fichiers originaux)


Le raccourci clavier pour exporter sous un autre format est Ctrl+E ("E" pour "Exporter"), ou Ctrl+Maj+E pour "Exporter sous" (l'équivalent de "Enregistrer sous").
On retrouve la notion "Exporter" dans d'autres logiciels, comme les éditeurs de son ou de vidéo.

Donc, si l'on ouvre un fichier s'appelant image.jpg,et que l'on presse Ctrl+E pour exporter ce fichier en image.jpg, gimp demandera si l'on veut écraser le fichier d'origine.

On pourra alors renommer ce fichier en image_01.jpg (par exemple), pour ne pas écraser le fichier d'origine.


 Ensuite, lorsque l'on voudra fermer la fenêtre, Gimp demandera :
"Enregistrer les modifications de l'image « [Sans titre] (exportée) » avant de fermer ?"
"Si vous n'enregistrez pas l'image, les modifications depuis la dernière minute seront perdues.
"

En d'autres termes, gimp veut sauver l'image ouverte au format xcf.
Ceci peut paraître contraignant, mais peut aussi éviter de perdre un montage comportant des calques...



Mais, si l'image est déjà exportée en image.jpg ou en image_01.jpg et que l'on ne désire pas garder les calques, alors on peut cliquer sur "Fermer sans enregistrer".
Si l'on clique sur "Enregistrer", Gimp enregistrera également cette image au format xcf.






Celles et ceux qui aiment apprendre en pratiquant, peuvent se lancer dans ces trois séries d'exercices et revenir vers l'index si nécessaire :

Exercices de retouche photo
Exercices de clonages et de montages
Exercices de montages avec masques de calques




Suite de la prise en main

(explications détaillées) suivie d'autres exercices :





Rétablir les raccourcis clavier d'origine et créer des raccourcis clavier "dynamiques"



Pour retrouver les raccourcis clavier d'origine (les mêmes que ceux utilisés dans ce tutoriel) :

Fichier > Préférences > onglet "Interface" et cocher "Rétablir les raccourcis clavier aux valeurs par défaut"

Pour utiliser Gimp plus facilement et surtout rapidement, il est possible de créer ses propres raccourcis clavier.


Mais il est également possible d'opter pour les "raccourcis claviers dynamiques" :

Fichier > Préférences > Interface et cocher "Utiliser les raccourcis clavier dynamiques" (Ça veut dire que tu pourras, au fur et à mesure, définir très simplement tes raccourcis clavier, mais on verra ici). Vérifier si "Enregistrer à la sortie les raccourcis clavier" est également coché.

Ne pas oublier de valider !


Enregistrer les réglages personnalisé des outils

Il est très pratique de retrouver ses propres réglages des outils à l'ouverture de Gimp.

Après avoir personnalisé le réglage des outils :

   - aller dans Édition > Préférences > Options des outils
   - cliquer sur "Enregistrer maintenant les options des outils"





Voilà, on peut attaquer la falaise et ouvrir par exemple une copie d'une photo, soit avec Fichier > Ouvrir (Ctrl+O) ou par un glisser-déposer de l'image dans la fenêtre "Boîte à outils" (voir Ouvrir une image) ou éventuellement dans la fenêtre "Editeur d'image Gimp".

Dans la pratique :

    - J'ouvre mon gestionnaire de fichiers et je saisis mon image par un clic gauche maintenu

    - Clic toujours maintenu, je glisse l'image sur le bouton "Boîte à outils" dans la barre des tâches (ou sur le bouton "Editeur d'image Gimp" si je ne vois qu'un bouton)

    - Ne pas lâcher le clic gauche

    - La fenêtre des outils apparaît (elle était en arrière-plan)

    - Je glisse (toujours sans lâcher mon clic gauche) l'image dans la zone des outils

    - Là, je lâche le clic gauche et l'image s'ouvre

Cela paraît compliqué, mais il suffit de le faire plusieurs fois pour se rendre compte combien c'est pratique.

Maximiser l'image et "naviguer" :

Il vaut mieux maximiser la fenêtre de l'image à traiter ; on pourra ainsi travailler "plein pot" et zoomer avec Ctrl + Roulette (ou avec + et  -)

Pour "naviguer" dans une image qui "déborde", on utilise le clic du milieu maintenu tout en déplaçant la souris.
Hé oui, le clic du milieu, bien rares sont les personnes qui l'utilisent et pourtant sous Linux, ça fait merveille dans un tableur comme OpenOffice (par exemple) ; on surligne et on clique du milieu où l'on veut coller. Mais je m'égare ...

Donc, le clic du milieu donne une "main" pour se déplacer dans une image agrandie "au-delà de l'écran".

Mais on peut aussi utiliser :

    - le petit "navigateur" bien pratique que l'on trouve en bas à droite de notre fenêtre "Editeur d'image Gimp" ; c'est un bouton en forme de rose des vents et il suffit de cliquer dessus pour que ce petit "navigateur" apparaisse.

    - une pression maintenue sur la barre d'espacement tout en bougeant la souris.

    - les barres de défilement horizontal et vertical.

    - la roulette (vertical) et ctrl + roulette (horizontal).

Ça suffit ?  ;o)


Passer d'une fenêtre à l'autre, afficher et masquer les outils et calques :

Le plus simple pour aller d'une fenêtre à l'autre est de cliquer sur l'un ou l'autre des "boutons" (en général en bas de l'écran) portant le nom : "Boîte à outils" ou "Calques, Canaux..." ou "Editeur d'images Gimp".

Pour faire apparaître et disparaître les "Outils" et les "Calques", on peut presser Tab (à gauche du A). Les utilisateurs de Ubuntu (gnome) utilisent Tab, car ils n'ont plus qu'un seul bouton en bas de l'écran.

On parie que ça t'arrivera de ne plus avoir tes outils et tes calques (car tu auras pressé Tab par inadvertance) ?
Cela m'est arrivé aussi et j'ai été bien content lorsque j'ai découvert la combinaison Clic du milieu maintenu dans l'image + Tab dans la version 2.2.




 Deux raccourcis clavier fort utiles pour agrandir et réduire la taille des brosses (pinceau, aérographe etc.) :

Aller dans Edition > Raccourcis clavier > Outils >

    - Clic sur la ligne "Increase Brush Size" et presser la touche "é"

    - Clic sur la ligne "Decrease Brush Size" et presser la touche "&"

Fermer la fenêtre

Voilà, dès que l'on utilisera de outils comme le pinceau, l'aérographe etc. on pourra agrandir ou réduire la taille des brosses en utilisant les touches "é" ou "&"


Augmenter ou réduire la taille des brosses à l'aide de Alt+molette de la souris (petite vitesse) et de Maj+Alt+molette de la souris (grande vitesse) :

Programmation de la molette de la souris:

- Cliquer sur Édition > Préférences.

- Dans la colonne de gauche de la nouvelle fenêtre, sélectionner Périphériques d'entrée > Contrôleurs d'entrée.

- Apparaît alors "Contrôleurs d'entrée additionnels", avec deux colonnes: Contrôleurs disponibles et Contrôleurs actifs.

- Dans la colonne Contrôleurs actifs, double-cliquer sur Main Mouse Wheel.


- Surgit alors une nouvelle fenêtre: "Configurer le contrôleur d'entrée".

- Dans la colonne de gauche "Évènement", modifier "Défilement haut (Alt)" et choisir "Outils" > "Increase Brush Size" et valider

- Dans la colonne de gauche "Évènement", modifier "Défilement bas (Alt)" et choisir "Outils" > "Decrease Brush Size" et valider

- Dans la colonne de gauche "Évènement", modifier "Défilement haut (Maj+Alt)" et choisir "Outils" > "Increase Brush Size More" et valider

- Dans la colonne de gauche "Évènement", modifier "Défilement bas (Maj+Alt)" et choisir "Outils" > "Decrease Brush Size More" et valider


- Fermer la fenêtre "Configurer le contrôleur d'entrée" et cliquer sur valider dans la fnêtre "Préférences".


 Maintenant il est temps de créer des raccourcis "dynamiques" (ça fait peur, mais ce n'est pas compliqué) :

Aller dans Edition > Préférences > Interface et cocher "Utiliser les raccourcis clavier dynamiques"


Clic gauche dans le bandeau en haut de la fenêtre "Editeur d'image Gimp" (pour activer cette fenêtre), puis :

Voilà, le raccourci clavier est créé ! C'est le seul logiciel que je connaisse qui fait ça ! Profitons-en :o)

Allez, on en fait deux autres :

Ces  raccourcis sont précieux car ils permettent très rapidement de voir son image adaptée à la fenêtre ou bien à sa taille d'origine, càd 100% (petit rappel : les images de nos e-mail sont affichées en 100% dans nos Mozilla, Opera, Outlook and co)


Et pour finir, on peut créer de la même manière le raccourci pour Edition > Rétablir (combinaison plus pratique pour les petites mains que Ctrl + Y) :


Voilà, pour aujourd'hui ça suffit afin de ne pas "dépasser la dose prescrite". Demain, nous verrons les manip les plus courantes : recadrer ou découper (Maj + C) et rotation ou pivoter (Maj + R).

Mais j'en connais qui vont prendre de l'avance. ;o)


Pour finir, ne pas oublier de figer les raccourcis (une fois que l'on a défini ses raccourcis clavier, il est prudent de désactiver la fonction "Raccourcis clavier dynamiques") :

Aller dans Edition > Préférences > Interface et décocher "Utiliser les raccourcis clavier dynamiques"





La fête continue !



Annuler et Refaire :


Avant de commencer nos exercices, il faut aussi savoir qu'il faudra très souvent revenir en arrière d'un ou de deux "crans". Pour "Annuler" il faut  utiliser la combinaison "Ctrl+Z" et pour "Refaire" presser "Ctrl + Y" (personnellement, j'ai préféré "Ctrl + R" ; j'ai donc créé un raccourci dynamique).


On peut ainsi rapidement vérifier l'effet d'un filtre ou d'une correction de couleur etc... pour voir si c'est bon.
Donc : Annuler et Refaire pour vérifier.


De même, on pourra à tout moment revenir à chaque étape de notre travail avec "Historique d'annulation" dans la fenêtre des calques. Chaque étape de notre travail y est consignée et l'on peut retourner à ces différents stades. C'est pas bien ça ?






Recadrer (ou découper) : (une des opérations les plus courantes)


Recadrer les images, c'est comme relire un texte et enlever le superflu. C'est très important et si facile avec un ordi...


Pour recadrer, choisir l'outil "Découper" (le scalpel) ou "maj + C" (ce qui est 10 fois plus rapide. ;o)


On peut rapidement recadrer en traçant approximativement une "boîte" que l'on ajustera avec les "poignées" qui apparaissent sur les bords et les angles de l'image quand on y place le curseur de la souris.


Mais le Gimp est un instrument "chirurgical" ; il permet de recadrer avec finesse et souplesse :

On peut ainsi recadrer une image au pixel près en l'agrandissant fortement, et c'est surtout très confortable comme méthode (n'est-ce pas Nicole ?)

Une fois que notre "boîboîte" est bien placée et dimensionnée, il suffit de cliquer dans l'image ou presser "Enter". C'est au choix !


Recadrer en gardant un "Ratio d'aspect fixe" (pour imposer et conserver le rapport largeur / hauteur) :

On peut également imposer la largeur ou la hauteur dans les options de l'outil "Découpage". 





La rotation (Maj+R) : (une des opérations les plus courantes)

En rentrant de vacances, on se rend compte que la photo du beau coucher de soleil présente un défaut : la mer semble s'écouler vers un côté de l'image. C'est sûr, c'était dû à l'émotion devant tant de beauté...
No problem, "l'outil de rotation" ou "Maj+R"
(10 x plus rapide... oui oui on sait...) va sauver notre souvenir et notre honneur de photographe.

  1. Clic maintenu + déplacement vertical de la souris (pour plus de précision, on éloigne le curseur du centre de rotation).

  2. Avec le curseur (un peu gadget).

  3. En entrant la valeur en + ou - x.xx° (au centième de degré s'il le faut !)

Le point au milieu de la grille représente le centre de rotation ; on peut le déplacer où l'on veut (même en dehors de l'image), et ça peut être bien pratique.

Il ne reste plus qu'à recadrer l'image avec maj+C. 

Oui mais là, je sens qu'on va me poser la question : "On pourrait pas garder l'image en entier après pivotement ?".
Réponse : Mais voui, avec clic droit / Image / Ajuster le canevas aux calques.
Comme on sort des "sentiers battus", il faut savoir qu'une image doit toujours être dans une "boîte" perpendiculaire à l'écran. Donc, si l'on veut une image inclinée ou d'une forme quelconque, il faut que son arrière-plan soit transparent (qu'il possède un canal de transparence ou canal alpha – bien retenir "Canal alpha", on en aura besoin). Or dans le cas d'une transparence, il faut enregistrer l'image aux formats qui gèrent la transparence. Les plus courants sont png (format libre), gif etc... (le format natif de Gimp -xcf- le gère évidemment aussi).

Il est également possible de découper automatiquement l'image selon le résultat de la rotation : voir l'option prévue sous la rubrique "Rognage :" 



Rotation d'une sélection :
Dans les options de l'outil, à la  rubrique "Transformer", activer le bouton rouge "Sélection" (info bulle) ou presser Maj pendant la rotation.

Tu ne le feras jamais ? On en reparlera le jour où tu voudras obtenir une sélection en forme de losange ;o).

Pivoter un chemin : Non j'arrête ;o) 

Promis, une prochaine leçon sera rigolote et vraiment magique ! On va "cloner".





Voici comment réduire la taille des images : (avant de les envoyer par e-mail, pour ne pas bourrer la boîte à mails de nos correspondants... grrrr)


Quand on envoie une image par mail, autant la réduire à 800 x 600 :

  1. Notre correspondant la verra mieux que s'il doit naviguer dans un grand tableau à l'aide des "ascenseurs".

  2. Elle voyagera plus léger et les quelques laissés-pour-compte qui n'ont toujours pas accès au "haut débit" nous seront reconnaissants de ne pas leur manger leur abonnement...

Ça prend 20 secondes.


Note : Agrandir la taille d'une image ne sert à rien, sauf cas particuliers. En tout cas, ça ne "donnera" pas plus de détails.



Mais j'avais promis que nous allions nous amuser à "cloner".





L'outil pour "cloner" ou "Tampon" :

"Smart remove selection" qui fait partie de Resynthesizerun, est un autre  outil très pratique et puissant pour supprimer des éléments indésirables :  http://www.logarithmic.net/pfh/resynthesizer  
Sélectionner le ou les éléments indésirables > Filtres > Améliorations > smart remove selection. C'est un outil pour les fainéants pressés, mais c'est un outil génial :o)

 

Pour enlever de nos images les fils électriques, les antennes, etc... on peut utiliser l'outil en forme de tampon ( C ) pour greffer des régions voisines à leur place.

Mais dans les options "Alignement" il vaut mieux choisir "Aligné".


On se servira d'une forme d'outil un peu floue (pour éviter l'effet "Emporte-pièces").




C'est sûr, il faudra s'entraîner un moment et trouver des petits trucs, mais une fois qu'on y a goûté, on ne pourra plus s'en passer tellement c'est rigolo et... magique. 

À vos pinceaux, prêts, partez !

Il est parfaitement possible de cloner des éléments d'un calque vers un autre : il suffit de faire Ctrl + clic sur le calque source, puis, de cloner sur le calque de destination.

Mais au fait, c'est quoi les "Calques" ?





Les calques : Aïe !


Mais non, ce n'est pas compliqué, c'est seulement plein de possibilités !


L'essentiel est d'avoir bien compris à quoi peuvent servir les "calques" :


Pour commencer à comprendre, on peut remplacer le mot "calque" par "couche".
Une image comme celle ci-dessous est composée de plusieurs calques ou couches superposés.





Exemple : C'est comme si tu veux transformer une vraie image (sur du papier), mais sans l'abîmer.


Comment faire ?

Une possibilité est de poser sur l'original une ou plusieurs feuilles transparentes sur lesquelles tu pourras dessiner, écrire, ou ajouter d'autres images.


Avec notre boîte à dessiner magique, tu peux même écrire et dessiner de la transparence. On peut également créer des "masques" (de transparence) ou même rendre transparente l'image originale. Le rêve du dessinateur !


Dans le Gimp, ces différentes couches ont été appelées "calques". Et pour que l'on puisse voir au travers (comme dans notre exemple), on les a dotés d'un "canal alpha" ou "canal de transparence".


Et comme le Gimp est un outil magique, il peut même rendre transparente l'image originale (calque "Arrière-plan") en lui ajoutant un "canal alpha" ou "canal de tranparence". Cette notion est très importante.



Voici la fenêtre des calques de l'image précédente :


Exercice 1


Incorporer du texte dans une image :


Il serait peut-être temps de mettre les mains dans le cambouis. Rien de tel qu'un petit exercice qui reprendra certaines notions comme la rotation, les calques etc... Mais rien de bien compliqué. Promis ;o)


Voici l'image (rigolote), tu peux "l'enregistrer sous" et l'ouvrir dans Gimp.
Pour ouvrir un fichier (une image) dans le Gimp, on peut aussi "glisser-déposer" une image depuis l'explorateur vers la "boîte à outils" de la fenêtre "Boîte à outils".

Merci Raymond, c'est vraiment pratique : 









Et voici ce que nous allons en faire :




L'outil "Texte" du Gimp est vraiment bien fait, car il crée automatiquement un calque pour chaque nouveau texte. Ceci permet de revenir en arrière et d'arranger notre texte. Le calque texte généré automatiquement, évite surtout de bouziller l'arrière-plan (l'image originale) ; combien de fois j'ai pesté sur totoshop à ce sujet !


L'outil texte répond au raccourci "T" (Pas mal hein :o)


Le texte se "travaille" en deux étapes :

  1. La saisie, la taille, la couleur etc...

  2. La position du texte dans l'image.

Mais on pourra aisément remodifier tous ces réglages après coup. Et ça, c'est génial !


Clic dans l'image et la boîte "Editeur de texte" apparait.


Maintenant que la taille et la couleur du texte sont choisies, on peut fermer la boîte "Texte" (tu l'avais oubliée, celle là ! ;o)
Si par après tu veux revenir sur un texte, il te suffira de choisir lequel dans la fenêtre des calques (double-clic sur la vignette "T"). Pas de panique, tu ne te souviens plus de l'explication des calques ? Et bien retourne là-haut et tu verras où il faut cliquer.


Mais avant de positionner le texte, faisons pivoter le texte "La vie est belle" avec "pivoter" (maj + R) en mode "normal" (voir plus haut "pivoter ou rotation").





Déplacer du texte, un calque, une sélection ou une sélection flottante  (M comme Move) :

Voir aussi Déplacer (plusieurs calques simultanément) :

L'outil de déplacement est puissant et sélectif (et forcément déroutant). Il permet de déplacer un calque sélectionné (le curseur en forme de "rose des vents"), mais est capable de trouver d'autres éléments déplaçables sur les autres calques (curseur en forme de "main"). En pressant Maj on ne déplacera que le calque actif (celui sélectionné dans la fenêtre "Calques").


Pour déplacer une sélection flottante, on procède de la même manière sauf qu'il faudra ensuite (pour pouvoir continuer son travail) "Ancrer" la "sélection flottante" ou le "calque flottant". Pour "ancrer", on peut utiliser l'outil en forme d'ancre ou "ctrl + H" (H comme Hook - le A étant déjà utilisé pour "Aérographe").


NB. Dès que l'on fait un copier-coller ou couper-coller d'une sélection, un "calque flottant" est créé et placé tout en haut de la liste. Avec un clic sur l'ancre ou "ctrl+H ", la sélection va s'ancrer au calque d'origine. Mais au lieu d'ancrer, on peut aussi ajouter un nouveau calque (clic sur l'icône prévue dans la fenêtre "Calques") et la sélection y sera automatiquement placée.



Et maintenant, cerise sur le gâteau, nous allons nous amuser à créer un liseré "outline" autour du texte "Attention voilà le patron!". Ce sera une bonne occasion de passer au mode "Sélection".





Le mode "Sélection" : est sans doute trop vaste pour être expliqué ici dans le détail, d'autant qu'il est souvent "intuitif", mais nous allons voir des exemples courants mais aussi des possiblilités auxquelles on ne penserait pas, comme la "sélection par couleur". C'est le cas du texte "Attention voilà le patron!".


Tu as vu le liseré blanc autour du texte ? Et bien, il existe des scripts tout faits pour le faire, mais nous allons le faire "à la main" pour des raisons didactiques. :o)


Détail des opérations « oultine » ou liseré extérieur :








 Couleurs (préparation) - voir également Couleurs (nuances)

1) Choisir sa "peinture" :





2) Avec "l'outil de remplissage" (le bidon de peinture ou Maj + B) et l'option "Remplir toute la sélection" : clic dans la zone à remplir de peinture (et sur le bon calque ;o)

Si l'option "Remplir des couleurs similaire" est cochée, le remplissage sera sélectif (pas besoin de sélection préalable). Par exemple, si je prépare une couleur jaune et que je clique sur une zone violette de l'image, toutes les régions violettes de l'image se rempliront de jaune. Evidemment, il conviendra souvent de régler le "Seuil" dans les options de l'outil de remplissage.





Calques : (ordre des)


Si le résultat obtenu ressemble à ça :


 


C'est que le calque de notre "Liseré" n'est pas à la bonne place. Hi hi hi... :o))


Il faut donc le descendre à sa bonne place pour que le texte orange soit dessus (voir l'explication des "Calques").
Et voui, les calques doivent être dans un certain ordre (piqûre de rappel).



Les voici, représentés dans l'ordre :


Ça va mieux à présent l'histoire des calques ? ;o)
On arrête là ?
Ou en remet une "couche" ?



Exercice 2


Exercice de Montage :


Allez, encore un exercice pratique, et cette fois ce sera un petit montage complet avec :



Dans une session Gimp, ouvrir les deux images précédentes (Ctrl + O ou glisser déposer dans la boîte à outils)





 A l'aide de la baguette magique, sélectionnons ce ciel blafard :

Le pointeur se transforme en baguette magique.
Clquer dans le ciel et la sélection se fait.

Pour ajouter des zones non sélectionnées, presser Maj et recliquer dans ces zones
Pour retirer des zones sélectionnées, presser Ctrl et recliquer dans ces zones








Détourage ou sélection du bonhomme de neige :



Commencer par la baguette magique (Z) seuil=25, mais en deux fois :

  1. Clic sur le fond gris au-dessus de la boîte aux lettres.

  2. Garder maj enfoncé et clic sur le fond gris juste sous le nez du bonhomme.

Compléter ou affiner la sélection :

Regarde de près la boîte aux lettres, l'intérieur a été sélectionné par le lasso (je l'ai fait exprès pour t'embêter. ;o)

On peut corriger cela avec le lasso (F) en restant sur Ctrl, mais on peut également utiliser le masquage rapide.






"Masquage rapide" :





Cette méthode permet de détourer une partie d'image au pixel près. Et même pas peur de se tromper, car il suffit de presser X (pour inverser les couleurs de PP et d'AP), et déjà on peut réparer une bavure.


Large parenthèse : À ce stade ou pourrait effacer la sélection avec [Suppr] ou Edition > Effacer.

Essaie de le faire et la sélection va se remplir de la couleur d'avant-plan (blanc par défaut).

Ne désélectionne pas, et annule "Effacer" avec "Ctrl + Z", puis crée un canal alpha (va dans la fenêtre des calques et là, clic droit sur ton calque "Ajouter un canal alpha").

Efface à nouveau [Suppr] et tu verras apparaître le "damier de la transparence".

C'est ainsi que l'on peut créer un fond transparent dans une image qu'il faudra enregistrer aux formats gif ou png ou xcf pour la conserver.

Fermons la parenthèse.






Importer le contenu de la sélection par copier / coller :




Redimensionner le calque du bonhomme :



Et voilà, on peut maintenant positionner notre bonhomme de neige.





Positionnement (déplacement) du calque "bonhomme" :



Mais vous avez vu, sur mon image les boutons sont verts, la boîte aux lettre est jaune et la neige et les glaçons sont blancs. Il va falloir ouvrir le pot de peinture.




Remplissage d'une sélection : (la boîte aux lettres)




Remplissage sélectif : (la neige, les glaçons et les boutons)





Clonage :


Pour rendre meilleure la "lisibilité" de l'image, on peut dégager le fouillis sur l'image de fond derrière le bonhomme de neige.


Le sens artistique fera le reste...

Et voilà, c'est nettoyé. :o)




Saturation des couleurs : (à fond)




Filtres artistiques :


S'amuser avec les filtres et les script-Fu, c'est sans doute l'aspect le plus agréable du Gimp et de l'infographie. Et que de possiblilités (n'est-ce pas Edouard) ! ;o)

Pour donner un côté encore plus hivernal à notre arrière-plan (maintenant qu'il est moins triste), nous allons user du :

Filtre / Artistique / Lueur douce (tout est dit dans le titre–là, j'ai fait fort :o)




Déplacement d'un calque "hors du Canevas" :

Voilà, bientôt il va falloir placer le titre. Mais où ?

Comme le titre a un rapport avec le courrier, il vaut mieux le placer près de la boîte aux lettres.




Recadrer ou Couper :






Création d'un titre artistique grâce au script "Alpha vers logo" :



Une nouvelle fenêtre avec le texte en 3D est créée.


Afficher uniquement le calque supérieur et éventuellement créer un nouveau calque blanc en dessous pour contempler le résultat



Glisser / déposer le calque supérieur "Pattern" vers la fenêtre "Editeur d'Image GIMP" de notre montage en cours
C'est le même principe que pour  Ajouter une image

ou

Sélectionner le calque supérieur "Patern" > Sélection > Tout (Ctrl + A) et copier ou couper (Ctrl+C ou Ctrl+X)

L'importer dans le montage par "Ctrl+V" (coller)

Créer un nouveau calque (Clic droit et/ou Calques > Nouveau calque) et la sélection "Titre" y sera ancrée.




Positionner ou déplacer le calque "Titre"
(là, je n'explique plus ;o)

Rotation du titre (Maj + R)
Pour le rendre plus dynamique :






Script-Fu "Iccii's" :

De géniaux créateurs de l'autre côté du monde mettent à notre disposition ces Script-Fu.

Voici le lien (cliquer dessus ;o) : http://wingimp.hp.infoseek.co.jp/files/script/water-paint-effect.html

Télécharger : water-paint-effect.scm et d'autres si vous voulez.

Pour le rendre opérant dans mon Linux, je l'ai copié dans /home/mon_compte/.Gimp / script.

Sous win, ça devrait se trouver dans C\Program files\Gimp\Script ou éventuellement dans C\Documents and sttings\ton_compte\Gimp\Script.


Appliquer ce script aussi simplement que les autres (je crois que j'avais laissé le réglage par défaut)








Script-Fu "Biseau" : (Filtre / Décoration / Ajouter un biseau)

Je ne me souviens plus de la largeur du biseau, mais tu le trouveras facilement.



Et voici le Chef d'Oeuvre !



(Il manque "l'ombre portée", mais je suis certain que tu trouveras le script correspondant. ;o)






Alors il est pas magique, le gimp ?

Coriace au début, je le reconnais. Mais à
petites doses régulières, on finit par retenir tous ces raccourcis clavier, et alors on va très vite.






Correction des yeux rouges :

Pourquoi ne pas en avoir parlé plus tôt ?
Parce qu'il fallait d'abord apprendre à manier les fenêtres et certains outils.

Il existe un filtre tout fait pour enlever les yeux rouges :



Souvent ça suffit, mais on peut compléter et retoucher les pupilles avec le "Pinceau".

        



Bon, il faut un peu de sens artistique et de l'entraînement, mais après ça va vite ce genre de retouche (environ 5 minutes maxi). Merci à Valentine et à ses parents de m'autoriser à publier ce portrait de Star.







Exercice 3
Exercice très détaillé pour se familiariser avec les calques et leurs masques.

"Au début,  les masques de calques ça surprend, et après, aussi" ;o)


Dès lors que l'on veut faire un petit montage ou ajouter une légende à une image, il faut savoir manipuler les calques.

L'usage des masques, pour gérer la transparence sélective des calques, se révèle vite très pratique et souple d'emploi.

Plutôt que d'effacer définitivement certaines zones d'une image, mieux vaut y ajouter un masque sur lequel on pourra revenir si besoin. Travailler sur le masque d'un calque permet de doser les effets de transparence en souplesse, et surtout d'y revenir par la suite (j'insiste).

De plus, c'est relativement simple (si si :o)

Et quand on a vraiment compris à quoi ça sert, on ne pourra plus s'en passer !

C'est le but de cet exercice, accessible aux débutants également.

Nous allons manier les calques et leurs masques:

Voici les trois images à télécharger (clic droit >  "Enregistrer sous") pour les ouvrir ensuite dans Gimp.



Ouvrir l'image chat.jpg par "glisser-déposer" depuis le gestionnaire de fichier vers la boîte à outils (via le bouton "Boîte à outils" s'il le faut)

Pour ouvrir une nouvelle image, on peut  "glisser-déposer" celle-ci depuis le gestionnaire de fichiers ("explorateur" sous windows) vers la boîte à outils. Si la boite à outils est cachée derrière les autres fenêtres, il faudra passer par le bouton "Boîte à outils" (merci Raymond, c'est vraiment pratique :o)




Ajouter l'image poisson.jpg par "glisser-déposer" depuis le gestionnaire de fichier vers la fenêtre de l'image  en passant par le bouton "chat.jpg"

Pour ajouter une image dans un nouveau calque, on peut  "glisser-déposer" une image depuis le gestionnaire de fichiers ("explorateur" sous windows) vers la fenêtre de l'image déjà ouverte.

Mais on peut également glisser la vignette de l'image vers la fenêtre "Calques". C'est très pratique quand on a déja plusieurs calques, car on peut du même coup placer le nouveau calque au bon endroit de la pile. Voir Insérer une image

Ajouter l'image : 






L'image du poisson s'est ajoutée dans un nouveau calque, mais ce calque "poisson" dépasse du canevas.
Le canevas, c'est notre plan de travail ou notre zone de travail.



Clic droit et/ou Image > "Adapter le canevas aux calques" pour ajuster la zone de travail aux calques.





Choisir "l'outil de sélection contiguë" (U) ou baguette magique, régler le curseur "Seuil" sur 50 et cliquer dans la zone sombre.

Un pointillé scintillant délimite la zone sélectionnée







Dans la fenêtre "Calques" > clic droit sur le calque "poisson" > Ajouter un canal alpha
Ceci donnera la possibilité à ce calque de devenir transparent .
Comme nous voulons de la transparence à la place du fond sombre, il faut vérifier si le calque possède un canal alpha ou canal de transparence.
Si "Ajouter un canal alpha" est grisé, c'est que le calque est déjà prêt pour gérer la transparence




Supprimer ou effacer le contenu de la sélection en pressant [Suppr]
Le calque chat apparaît en arrière-plan .






Avant de vouloir réduire la taille du poisson, il faut enlever la sélection : Clic droit et/ou Sélection > Aucune (Ctrl + Alt + A)

Si l'on désire conserver une sélection pour l'utiliser ultérieurement : Clic droit et/ou Sélection > Vers chemin
Pour récupérer une sélection : Clic droit et/ou Sélection > Depuis le chemin


Réduire à vue la taille du poisson avec "l'outil d'étirement ou de rétrécissement" (Maj + T) : 


Il est possible de déplacer l'aperçu en le saisissant par le milieu (cercle + croix)

Si l'on désire conserver le rapport hauteur / largeur il faut soit :

Si l'on préfère modifier la taille d'un calque avec des options de rééchantillonage : clic droit et/ou Calque > Echelle et taille du claque


Déplacer le petit poisson avec "l'outil de déplacement" (M comme move) :

 



Sélectionner le calque "chat" et utiliser la fonction "Découpage automatique" : clic droit et/ou Image > Découpage automatique de l'image

Le découpage automatique adapte l'image (l'ensemble des calques) par rapport au calque sélectionné




Insérer l'image bulles.jpg par "glisser-déposer" depuis le gestionnaire de fichier vers la fenêtre "Calques"  en passant par le bouton "Calques,..."

Pour insérer une image dans une pile de calques, on peut  "glisser-déposer" une image depuis "l'explorateur" vers la fenêtre des calques.
C'est très pratique quand on a déja plusieurs calques, car on peut du même coup placer le nouveau calque au bon endroit de la pile.

Ajouter l'image : 

  





Augmenter la taille du calque "bulles" : Clic droit et/ou Calques > Echelle et taille du calque > hauteur= 405 pixel
On aurait pu utiliser "l'outil d'étirement et de rétrécissement" (Maj + T), mais dans ce cas "Echelle et taille du calque" est plus rapide ;o)






L'outil "Sélection par couleur" (Maj + O) permettra de sélectionner le fond blanc et même le blanc à l'intérieur des grosses bulles.
Régler le seuil à 50 et cliquer dans le blanc.
On aurait pu utiliser "l'outil de sélection contiguë" (U), mais il fallait bien présenter la différence entre les deux :o)






Dupliquer le calque "chat" (clic sur l'icone prévue ou clic droit et/ou Calque > Dupliquer le calque).





Renommer le calque "Copie de chat " en "yeux_satures"

Pour renommer un calque : double clic sur la vignette ou le titre du calque




Saturer au maximum le calque "yeux_satures " (Couleurs > Teinte-Saturation) puis, répéter la saturation pour obtenir des yeux fluorescents.






Sélectionner les yeux avec l'outil Sélection à main levée ("lasso") - (F) ou le Masquage rapide (détourage)
Si l'on est déjà habitué à sélectionner, il serait bien de regarder de près "l'outil d'extraction du premier plan" qui est génial pour la "sélection assistée" (voir l'aide de Gimp - presser F1).






Ajouter un masque de calque d'après la sélection des yeux
Un "masque de calque" sert à gérer la transparence partielle d'un calque.
On utilise du blanc ou du noir pour doser la transparence du masque comme pour le "masquage rapide".
Les nuances de gris entre le blanc et le noir, rendent le masque semi-transparent.

On peut créer un masque de calque "blanc" et dessiner des zones "noires" qui deviendront tranparentes.
On sera souvent amené à créer un "masque de calque" d'après une sélection comme ci-dessous pour les yeux du chat.

Attention ! Lorsqu'un calque possède un masque, il faut cliquer sur la vignette du calque ou du masque (son cadre devient blanc) pour indiquer à Wilber (Gimp) sur quel élément on veut travailler !

Ctrl + clic sur la vignette du masque pour le désactiver (son cadre devient rouge)

Ctrl + Alt clic sur la vignette du masque pour le visualiser (son cadre devient vert)

 
Clic droit sur le calque "yeux_satures" >  Ajouter un masque de calque > cocher "Sélection" > clic sur "Ajouter"

Le masque d'après sélection rend tranparentes les régions non sélectionnées.





Pour visualiser uniquement le calque "yeux_satures" : Maj + Clic sur l'oeil du calque
Pour visualiser tous les claques : Maj + clic sur l'oeil du calque visible
Un clic sur l'oeil d'un calque visible mais sans presser Maj , le fait disparaître puis réapparaître au prochain clic








"Dessiner" de la transparence sur un masque de calque "blanc" :



Clic droit sur le calque "chat" > "Ajouter un masque de calque" > "cocher "Blanc"
Le masque de calque "blanc" ne masque rien du tout, tant que l'on ne "dessine" pas dessus avec du noir
A l'inverse, si l'on crée un masque de calque noir, le calque deviendra invisible et il faudra dessiner dessus
avec du blanc pour faire apparaître ce que l'on désire

Préparer du noir et du blanc comme couleurs d'avant et d'arrière plan (D) :
Activer la fenêtre de l'image en cliquant sur son bandeau, puis presser "D" - voir Couleurs (préparation)

Avec l'outil Aérographe (A) "dessiner" la transparence autour de la tête du chat comme sur l'image ci-dessus :
Utiliser une brosse floue assez large et
du noir
Pour enlever de la transparence, il suffit de presser X et de "repeindre" en blanc (quand on a débordé avec le noir ;o).
En pressant "X", on inverse les couleurs d'avant et d'arrière plan (c'est un raccourci que l'on retient vite ; d'ailleurs le X fait penser à... un croisement :o)





Pour mieux jauger les corrections ou les effets apportés à un ensemble de calques (ici les effets se rapportant au chat) :
Maj + clic sur l'oeil du calque "chat" (pour rendre invisibles tous le autres) et ensuite clic sur l'oeil de chaque calque à visualiser




Cloner quelques bulles vers un nouveau calque (juste pour mettre quelques bulles devant le poisson et vous embêter un peu ;o) voir aussi Cloner (tampon) – (C) :
Mais on peut très bien cloner d'une image à l'autre (on ouvre deux fichiers différents et l'on greffe des partie de l'un vers l'autre)

Clic droit et / ou Claques > Nouveau calque > Nom du calque = bulles_sur_poisson > Transparent

Sélectionner le calque "bulles" (dans la fenêtre "Calques.." ou avec les flèches "page up" et "page down")

Avec l'outil de clonage (C) presser Ctrl + clic sur les bulles à copier

Activer (sélectionner) le nouveau calque "bulles_sur_poisson", viser le poisson et cloner ("dessiner") les bulles depuis l'autre calque



Pour créer une ambiance aquatique et donner l'impression que le chat se trouve de l'autre côté d'une vitre (et pour vous embêter encore :o) :

Clic droit et / ou Claques > Nouveau calque > Nom du calque = eau > Transparent

A l'aide des flèches ou de la souris, placer le calque "eau" au bon endroit de la pile (au-dessus du chat)

Préparer de la couleur bleue - voir Couleurs (préparation)

Glisser / déposer la couleur depuis la "boîte à outils" vers la fenêtre de l'image en passant par le bouton de la fenêtre de l'image s'il le faut

Le calque deviendra bleu et masquera ce qui se trouve en dessous. Mais en dosant son opacité (voir image ci-dessus), on peut doser la transparence du calque "eau"

Ne pas hésiter à essayer les différents "Modes" de fusion ("Normal" est le mode par défaut)

Les différents modes de fusion sont bien représentés sur ce site (attendre les images) : 

http://boite-a-pixels.2037.org/s-gimp-calques-et-modes-de-fusion-m6720269.html

Choisir "l'outil texte" (T), puis cliquer dans l'image (l'éditeur de texte apparaît)

Saisir le texte "Aie confiance !" (ou autre chose :o)

Dans les options de l'outil, choisir la police et sa taille ainsi que la couleur - voir aussi Texte (incorporer) – (T)



Ajouter une ombre portée au texte :
Clic droit et / ou Filtre > Ombres et Lumières > Ombre portée > valeurs par défaut
Plus l'image est grande, plus les valeurs de décalage du script-fu devront l'être aussi

Un nouveau calque "Drop Shadow" est créé automatiquement
Pour répéter le même filtre (sur un autre calque par exemple) : Ctrl + F






Positionner les calques texte et "Drop Shadow" simultanément :

Dans la fenêtre "Calques", cliquer entre l'oeil et la vignette pour qu'une chaîne apparaisse (voir image ci-dessus)

Avec "l'outil de déplacement" (M) déplacer le calque texte ; son ombre portée suivra simultanément.

Voir aussi Déplacer (texte, sélection, calque...) - (M)




Voilà, c'est fini (pour l'instant :o)

Un Grand Merci à l'équipe internationale du Gimp !

Voici le genre de richesses que nous procure Internet grâce à la générosité des fourmis du monde GPL et Open Source !
Gimp n'en est qu'un exemple...
Des milliers d'applications libres existent, sans oublier le fameux système d'exploitation libre Linux (GNU/Linux).
On serait bête de s'en priver...


@+ jp